Rosamond, Maine, Etats-Unis.

Avez-vous déjà entendu parler des villes de papier ? Invention née lors de l’essor du Fordisme, les villes de papier sont des villes imaginaires placées sur les cartes routières. Chaque entreprise de cartographie signe ainsi son travail et se donne la possibilité de poursuivre ses concurrents en justice si elle retrouve sa « ville de papier » sur la carte de quelqu’un d’autre. C’est un principe qui déjà me semble fascinant. À des fins commerciales, des entreprises se sont octroyé le droit de jouer avec la géographie, de définir des espaces qui n’existent que sur leurs cartes, de façonner le monde selon leur imagination.

Olivier Hodasava possède une passion pour la géographie, l’imaginaire, une forme de surréalisme je pense. Il n’y a qu’à visiter un peu son site pour se rendre compte du côté poreux que l’on peut donner au réel et à la notion de voyage. Mais de quoi nous parle Une ville de papier ? Eh bien de la création de Rosamond, petit point virtuel sur une carte du Maine inventé par Desmond Crothers. Le plus fascinant  est le moment où cette ville prendra vie à travers la création d’un magasin d’alimentation générale. Tout pourrait s’arrêter là. Mais.

Mais Alfred Hitchcock s’en mêle lorsqu’une tragédie frappe la bourgade, tout comme Stephen King, vaguement intéressé pour écrire au sujet de Rosamond. Les années s’enchaînent, la ville s’enracine définitivement dans l’Histoire, notre narrateur mène l’enquête afin de comprendre un peu mieux ce que ce point sur une carte a pu cristalliser. Mais même si tous les éléments semblent parfaitement s’emboîter, de quoi parle-t-on vraiment et sommes-nous dans un récit journalistique ou dans un roman ? C’est là qu’est née l’obsession, pour moi. Consciente que tout cela ne pouvait être vrai, j’ai effectué quelques recherches infructueuses, mais sans cesse j’ai été renvoyée vers l’idée que tout ne pouvait pas être faux. J’ai passé des heures sur Google Earth à parcourir la route menant à Rosamond, dans l’espoir de voir émerger sur le bas-côté le panneau installé au moment de la création du magasin.

J’ai arpenté Internet, à la recherche d’un indice même infime qui pourrait confirmer ma théorie comme quoi Rosamond a existé, j’ai pris connaissance des thèmes de tous les épisodes de la saison 4 de Twilight Zone, j’ai fouillé des photos de Stephen King. Dès que je me replongeais dans ma lecture, j’étais prise de cette sensation délicieuse et irrépressible d’être en train de me faire mener en bateau. C’est la grande force de ce roman, de nous embarquer à travers un voyage imaginaire mais jalonné de tant d’éléments du réel que les frontières entre les deux se brouillent. C’est peut-être cela finalement le but de ce roman, celui de nous embarquer et nous faire respirer au rythme d’une ville, réelle ou non, de nous laisser vagabonder dans la campagne du Maine et laisser le mystère opérer.

Vous l’avez déjà compris, j’ai vraiment dévoré ce roman, il a créé quelque chose de si particulier en moi, des questionnements, des étonnements, une fascination étrange et obsédante, et surtout un émerveillement pour ce jeu romanesque. On y découvre également l’existence de l’OuCarPo, jeu cartographique à la manière de l’OuLiPo, discipline créative basée sur la contrainte volontaire. Et entre les lignes, on découvre en filigrane le portrait d’Agloe, une ville de papier qui elle a réellement existé et qui a connu une existence dépassant radicalement son contexte initial de création. Je recommande cette lecture qui nous apprend beaucoup de choses, pas toujours vraies, et nous fait vraiment voyager, en plus de planter en nous cette petite graine de mystère qui nous pousser à jouer aux enquêteur.ice.s en herbe. C’est un roman brillant, formidable, envoûtant, un vrai bonheur de lecture à savourer comme une petite gourmandise.

Une ville de papier, Olivier Hodasava. Editions Inculte, 2019. 130p. 15€90

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :